Incarnez un chat et vivez dans l'un des Clans !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Là-bas. [Privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélodie Envoûtante▲ Au sommet de la montagne ▲
mafieuse cannibale



Wanna be anarchy ?Messages : 293

Feuille de personnage
Pseudo :
Clan: Clan des Montagnes
Relations du Chat:

MessageSujet: Là-bas. [Privé]   Lun 21 Fév - 21:57

Là-bas.
Présence de Mélodie Envoûtante.
Privé à Harmonia.







Mélodie Envoûtante ouvrit un œil. Au début, il crut qu’il se trouvait encore dans le Clan de la Ville ; Il dormait avec ses frères dans une cabane de bois fabriquée par les Bipèdes, aménagé spécialement par leur mentor pour que les trois félins du Clan des Montagnes soient dans un nid confortable. Puis la mémoire revint au félin au pelage blanc ; Il se rappela du retour de son père, du Clan de la Ville qui s’était jeté dessus, puis de leur retour au Camp des Montagnes. Le retour s’était fait sans trop de problème ; Cependant, une fois arrivé, la plupart des félins du Clan ne les reconnaissaient pas. Heureusement, un ancien était arrivé et avait reconnu Clair de Lune, la mère de Mélodie Envoûtante, puis avait enchaîné qu’il se souvenait comme si c’était hier de la naissance de ses deux fils et de sa fille. Cette dernière phrase ne plut pas à la présumée « femelle » décrite par l’ancien, et le félin aux yeux violets asséna un coup de griffe au vieillard, qui partit dans sa tanière après cela en grommelant que la jeunesse n’était plus ce qu’elle était.
Mélodie Envoûtante se leva et s’étira. L’astre lumineux venait à peine de se lever ; Ses rayons entraient par une petite fenêtre située dans le mur. Les autres guerriers dormaient toujours, certains ronflant de manière tout à fait choquante. Le chat couleur de neige les observa avec dégoût. Il reporta ensuite son attention vers ses deux frères, Esprit Démoniaque et Pinces du Scorpion, qui dormaient non loin de la litière du troisième enfant de Clair de Lune. Le premier des deux s’agitait dans son sommeil, bougeant ses pattes comme s’il courait, tout en marmonnant des propos totalement incompréhensibles. Le deuxième, Pinces du Scorpion, semblait presque mort à côté d’Esprit Démoniaque ; Il dormait d’un sommeil calme et paisible. Mélodie Envoûtante le regarda encore un instant, puis il se décida à sortir du camp.

* * *


Une souris passa devant les yeux du félin blanc. Le chat la regarda passer à toute vitesse, avant de la suivre calmement. Elle courait bien plus vite que Mélodie Envoûtante marchait, mais à quoi bon se presser ? Il n’avait de toute façon pas faim. L’odeur de la souris masquait celle des territoires de là où il se trouvait. La souris s’était maintenant arrêtée, et reniflait un petit champignon à l’apparence comestible. Le chat aux yeux violets s’en approcha, quand soudain un cri retentit. Un jeune chat mâle, sûrement un apprenti âgé, se jeta sur la souris qui n’eut pas le temps de partir. Il l’a tua d’un coup de dent et l’enterra, avant de remarquer la présence de Mélodie Envoûtante. Le jeune félin renifla d’abord l’air, puis il se crispa pour feuler ensuite.
    - Espèce de chat domestique ! lança-t-il. Vas-t-en ! Je suis bientôt un guerrier du Clan du Lac, alors je vais te massacrer !

Le chat blanc leva un sourcil et considéra étrangement l’apprenti du Clan du Lac. L’odeur du Clan de la Ville était encore resté sur le pelage de Mélodie Envoûtante. Il inspira profondément l’air du chaton et donc du Clan du Lac pour se le mettre en mémoire. Il ouvrit ensuite la bouche pour répondre à ce petit malpoli :
    - Bonjour. Soit donc un minimum poli, mon petit ; Salue la personne à laquelle tu parles avant une quelconque insulte. De plus, ne considères pas mal une personne lorsque tu ne lui as jamais parlé. J’ajoute que je ne voulais pas chasser cette souris, à quoi bon le faire si je n’ai pas faim ?

L’apprenti le regarda, bouche bée et muet, tandis que Mélodie Envoûtante se dirigeait dans une clairière. L’endroit y était assez calme, et une petite source coulait non loin de là. Le chat blanc se coucha sur un rocher et regarda longuement la clairière. Comment penser que quelqu’un pouvait troubler la tranquillité de Mélodie Envoûtante ?

_________________




Yo's Pets !



Mélodie Envoûtante :
 

Rose Bleue :
 

Attention !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wild-cat.meilleurforum.com
Harmonia• Plus seul que jamais •


Wanna be anarchy ?Messages : 10

Feuille de personnage
Pseudo : Loonfayer, Youplaboum'.
Clan: Solitaire
Relations du Chat:

MessageSujet: Navrée de te déranger. [privé Mélow']   Lun 21 Fév - 23:59

Navrée de te déranger.

-Mélodie Envoûtante.
-Harmonia.





C'était un beau début de journée. Non pas qu'il y avait un grand soleil et un ciel bleu magnifique, loin de là. Le temps était gris, froid et pluvieux. Les nuages grisâtres formaient comme un épais voile cotonneux sur le ciel. Un vent furieux venu du nord soufflait comme avec colère sur la forêt. Les feuilles mortes voltigeaient dans l'air, donnant l'air d'une valse entraînante et sauvage. Une danse magique et tout aussi mélancolique à la fois. L'atmosphère était lugubre et silencieuse. Les animaux de la forêt s'étaient terrés dans leur terrier, cherchant désespérément un peu de confort dans leur petite maison de branchages et de mousse. Mais le froid était présent, bien que le printemps aux chevaux verts était proche. On pouvait sentir à nouveau une douce chaleur, de temps à autre, voir des bourgeons peuplant les branches nues des arbres et entendre les oiseaux chanter. Oui, la douce saison aux fleurs multicolores approchait, bien qu'on en avait pas l'impression. La pluie tombait en fine bruine. Cette journée était belle et sauvage. Unique. Pas un de ces jours avec le soleil qui brillent, et les oiseaux chantant leur douce mélodie. C'était un moment, magique et exaltant, la symphonie du vent exprimant la liberté. Donnant l'envie de vivre vraiment. D'être libre, faire ce qu'il nous plaît. Chose que certains ne peuvent se permettre. Hélas oui, des personnes n'ont pas accès à cette chose magnifique qu'est la liberté. Ils n'ont pas accès à la caresse du monde, les frôlant de sa douceur inégalable. De la beauté de la nature et de la vie. Ils ne s'en rendent même pas compte. Ils ne connaissent pas la vraie vie, emprisonnés dans leurs devoirs personnels. Peut être que ces personnes ne connaîtront jamais la vraie vie, la vraie voix. Celle de la liberté.

Maintenant, écartons-nous un peu de ce sujet et entrons plus en profondeur dans la noble et majestueuse forêt. Avec ses arbres nus, ses corbeaux et leur chant sinistre, la dame avait tout pour faire pâlir les chats domestiques et autres bêtes osant s'aventurer vers elle. En ce moment, peu de personnes venaient dans cette sombre forêt, en cette froide saison d'hiver. Le redoux arrivait, lentement, certes, mais il s'approchait avec sa chaleur et son abondance de fleur, gibier et autres choses connues par les habitants de la forêt. Au fond de celle-ci, quelque part dans les bois, vous trouverez un terrier de renard abandonné. Qui aurait pu imaginer qu'un chat habitait dedans? Justement, le propriétaire, ou plutôt, l'habitante des lieux dormait profondément, sur son épais lit de mousse et de fougères, soigneusement préparé. La chatte en question était très jolie. Son poil était long, couvert de taches rousses et brunes, avec une jolie touche de blanc pour l'agrémenter. La demoiselle était aussi fine et possédait un corps parfaitement harmonieux. Le plus à voir était ses yeux. Deux émeraudes aux iris d'encre. Deux superbes joyaux. Mais hélas, les yeux de la chatte étaient fermés. La femelle dormait d'un sommeil paisible et calme. Puis soudain, elle se réveilla, dévoilant ses pupilles vertes. Encore ensommeillée, elle bailla puis s'étira longuement, faisant sortir ses longues griffes blanches. Un fin sourire, beau et charmant vint éclairer son délicat visage. La chatte, nommée Harmonia, observa sa tanière. Elle pouvait encore sentir l'odeur du renard y ayant séjourné. Cela faisait peu de temps qu'elle venait d'arriver dans la forêt, et la chatte s'y plaisait. Sur cette pensée joyeuse, Harmonia entreprit de se faire une toilette. Elle lécha avec vigueur son beau poil, et enleva les brins de mousse et fougère collés dessus. Puis, une fois le nettoyage terminé, la chatte se dirigea dans les profondeurs et l'obscure et mystérieuse forêt.

Aucun oiseau ne chantait. Pas un souffle de vent. Mais le soleil, l'astre de feu du jour, revenait peu à peu dominer le ciel. Harmonia trottinait dans la forêt, l'oreille aux aguets, ses sens à l'affut du moindre bruit. La douce froideur de l'hiver couvrait son corps, en la faisant frissonner, de temps à autre. La chatte s'arrêta un instant, huma l'air et détecta aussitôt une forte odeur de lapin. Un coup de chance d'en trouver un en cette froide journée. La femelle écaille se plaqua au sol et ferma les yeux. Sous ses pattes, elle pouvait sentir les pas de la bête, un peu plus loin. Harmonia se glissa avec la souplesse d'un serpent jusqu'aux buissons et trouva le lapin. Elle sauta. Un coup de crocs et le lapin pendait dans sa gueule, mort. La chatte, satisfaite, s'assied et dégusta bouchée par bouchée le lapin. Sa viande était tendre et délicieuse, un vrai régal pour notre demoiselle. Mais, étant prévoyante, elle décida de ne pas le terminer et alla l'enterrer un peu plus loin, sous un vieil arbre, sans doute centenaire, puis continua sa route, d'un pas léger. La chatte s'amusa à observer les arbres, le givre couvrant et étouffant les brins d'herbe, et les rares oiseaux présents en ces lieux s'envoler au passage de la chatte. Celle-ci débarqua bientôt dans une jolie clairière, où coulait l'eau d'une source. Elle s'approcha et bu un peu le liquide pur et frais puis se rendit compte qu'un chat était couché sur un pierre, un peu plus loin. Son pelage était aussi blanc que la neige et ses yeux étaient violets. Étrange, songea la chatte. Elle l'observa un court instant, avant de lui dire, d'un ton neutre:

« Oh... Désolé, je ne voulais pas te déranger. »

Et sur ces paroles, la chatte s'apprêta à faire demi tour, ne désirant ne pas rencontrer de personnes pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie Envoûtante▲ Au sommet de la montagne ▲
mafieuse cannibale



Wanna be anarchy ?Messages : 293

Feuille de personnage
Pseudo :
Clan: Clan des Montagnes
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Là-bas. [Privé]   Mer 23 Fév - 16:14

Une femelle, couleur écaille, était entrée dans la Clairière. Mélodie Envoûtant la suivit des yeux tandis qu’elle allait boire dans la source. Ce n’est que par après qu’elle remarqua le chat au pelage blanc, qui la regardait toujours de son regard violet. La femelle, elle aussi, l’observa un instant, en silence. Ce fut juste après qu’elle se décida à parler, elle dit qu’elle n’avait pas voulu déranger Mélodie Envoûtante. Elle avait dit ça d’un ton neutre, mais cela n’avait fait ni chaud ni froid au matou au pelage blanc. L’inconnue sembla vouloir partir après ça, ce fut à ce moment-là que le guerrier du Clan des Montagnes lui répondit :
    - Tu n’es pas obligée de partir. Je ne suis de toute façon pas chez moi, ta présence ne me dérange pas.

Il avait annoncé ça sans bouger de son rocher. Il avait l’air d’être un sacré flemmard, ainsi couché sur l’endroit où il se trouvait depuis bien… Quelques minutes, disons. S’il avait été Esprit Démoniaque, il ne serait pas resté sur ce rocher, il aurait déjà fait tout le tour de la Terre, vu qu’il ne tenait jamais en place. D’ailleurs, si son frère l’avait accompagné, il aurait eu du mal à le surveiller. Il doit déjà sans arrêt lui crier dessus au Camp pour qu’il se taise, si encore il devait le faire dans les territoires des autres Clans, il deviendrait rapidement célèbre…
Les territoires des autres Clans ? Oui, d’ailleurs, en parlant de ça, Mélodie Envoûtante ne se trouvait-il pas dans un territoire ennemi ? Quoiqu’ennemi, le mot était fort. D’après ce qu’il avait entendu dans le Clan des Montagnes, il était en guerre contre le Clan de la Forêt. Grand bien leur fasse ! Des guerres, des guerres, toujours des guerres. Pour en venir à quoi, à la fin ? Cette guerre-là ne servait à rien. Enfin, bref, il n’était pas temps de penser à ça maintenant, puisque Mélodie Envoûtante n’était pas dans l’un des territoires du Clan de la Forêt, bien heureusement. De toute façon, les félins de ce Clan l’auraient pris pour un chat domestique, à cause de l’odeur tenace du Clan de la Ville ; L’apprenti de toute à l’heure s’était bien fait avoir. L’apprenti de quoi, déjà ? Ah, oui, du Clan du Lac. Voilà, il se trouvait dans les territoires du Lac, c’était merveilleux.
Le chat aux yeux violets décida de se lever. Il sauta – avec classe – de son rocher, pour regarder à nouveau la femelle écaille. Il ne dit rien en premier lieu, que dire, d’ailleurs ? Mélodie Envoûtante observa longuement l’inconnue, de l’air le plus neutre possible, se demandant s’il l’avait déjà vue une fois ou pas du tout. Il analysa aussi son odeur, cherchant à la reconnaître par rapport à ce qu’il avait déjà senti. Il ne reconnut ni l’odeur du Clan des Montagnes, ni celle du Lac. C’était une odeur nouvelle, en somme. Détournant un court instant son regard, il le re-figea à nouveau sur la femelle avant de se présenter :
    - Je ne peux que m’obliger à me présenter ; Je me nomme Mélodie Envoûtante, ancien guerrier du Clan de la Ville.

Il ne cita pas son véritable Clan et n’essaya même pas de demander à l’inconnue de se présenter. Il n’en avait pas très envie.

_________________




Yo's Pets !



Mélodie Envoûtante :
 

Rose Bleue :
 

Attention !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wild-cat.meilleurforum.com
Contenu sponsorisé


Wanna be anarchy ?

MessageSujet: Re: Là-bas. [Privé]   Aujourd'hui à 6:52

Revenir en haut Aller en bas
 

Là-bas. [Privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild Cat :: Archives :: Anciens Rps-
Sauter vers: