Incarnez un chat et vivez dans l'un des Clans !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Muse ▬ fallait apprendre à nager avant de plonger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Muse Eternelle✖ Perdu dans la forêt ✖
mafieuse emmerdeuse



Wanna be anarchy ?Messages : 238
Localisation : Pitit curieux va. ♥

Feuille de personnage
Pseudo :
Clan: Clan de la Forêt
Relations du Chat:

MessageSujet: Muse ▬ fallait apprendre à nager avant de plonger.   Ven 31 Déc - 20:08

MUSE ETERNELLE †

Sur votre personnage

Nom : Muse Eternelle.
Surnom : Muse.
Sexe : Féminin.
Age : 36 lunes.
Clan : Forêt.
Rôle : Guérisseuse.

Caractère :
Entendez-vous ce silence ? Ce merveilleux silence, apaisant, relaxant, détendant ? Cette parfaite absente de bruits qui vous permet de prendre conscience de chacun de vos muscles, de votre cœur qui tambourine, enfermé dans votre cage thoracique ? Oui, entendez-vous ce silence ? Si vous avez conscience de ce parfait silence, alors cherchez Muse Eternelle. Elle sera là, assortie à ce silence, assortie à ce calme exquis, loin des autres, comme toujours. Oui, Muse Eternelle est misanthrope : plus que toute autre compagnie, elle aime celle du vent, de l’eau, du silence, tout simplement. Votre plus grand bonheur est de faire d’elle une chatte réjouie, heureuse ? Alors venez la voir le moins souvent possible, laissez la à son silence et contentez vous de l’observer. Il est de ces êtres qui ne vivent que pour le silence, que pour la solitude, et Muse Eternelle en fait partie. Seule. Toujours seule. C’est ce qui convient à Muse Eternelle, parce que le bruit et l’agitation perpétuelle des autres lui tirent soupirs de dépit et remarques glaciales. Remarques glaciales ? Vous pensiez vraiment qu’elle ne parlait pas et laissait les autres jaser sur elle sans rien dire ? Sérieusement. S’il y a un truc qui définit Muse, autre que sa misanthropie, c’est bien son cynisme et son ironie. Cynisme car elle se fiche du politiquement correct, cynisme car son humour est noir, cynisme car elle peut plaisanter de la mort ou des blessures sans que cela ne la gène. Oui, son humour est horrible, et alors ? Elle est guérisseuse, elle en a vu passer, des blessés et des morts, à quoi cela servirait-il de se répandre en larmes en geignant bêtement ? Mieux vaut prendre ça avec le sourire, rire et conforter les autres dans l’idée qu’elle est folle. Oh que oui, elle adore ça, faire croire aux autres membres du clan qu’elle est exactement ce qu’ils pensent, à savoir une antisociale à moitié barjo. Et le plus amusant, c’est leur réaction le jour où ils découvrent vraiment qui se cachent sous la guérisseuse bizarre, celle qui semble vous attendre avec un soupir de fatalisme, comme si elle savait que vous viendriez et que la simple idée de vous voir fait de sa journée un désastre - bon en fait j'avoue, c'est de la triche, elle vous a entendu XO. Oui, elle adore ça, les voir repartir, stupéfaits et déroutés, après qu’elle leur ai montré qui elle cache vraiment.

Une chatte blessée ? Que nenni. Une femme fatale ? Encore moins. Non, juste une guérisseuse très intelligente. Réfléchie, attentive, observatrice, presque hypermnésique, elle retient tout, et surtout, analyse tout. Elle vous a vu en mauvaise posture ? Inutile de dire qu’elle n’hésitera pas à s’en servir si vous lui cherchez des noises, mais si vous la laissez en paix, elle fera de même. Que voulez-vous ? Muse Eternelle se fiche bien de ce que vous pouvez dire ou penser. C’est vos affaires. Par contre, si vous venez la voir, aussi imposant qu’un soufflé drogué aux amphétamines, elle vous rendra votre état normal de gâteau qui s’affaisse en très peu de temps, par quelques phrases glaciales ou tout simplement en allant gueuler ce que vous ne vouliez pas qu’elle gueule au beau milieu du camp. Là, en effet, vous pourrez poster votre aventure sur VDM. Essayez de la cogner, pour voir ? Déjà, elle s’autorépare, c’est magique, c’est scientifique. Quand on est guérisseuse, on sait comment se recoller la gueule et avec quelle plante. Point barre. Ensuite, elle sort les griffes et tape là où ça fait mal. « Ah ouais, t’es pas capable de faire autre chose que de cogner ? Surtout pas de réfléchir apparemment. ‘Muuuse, comment tu t’es fait ça ? Je me suis fait dégommer la gueule par un crétin consanguin qui pensait qu’en me tapant dessus, il me ferait taire =D’, ça va être marrant de tout expliquer au Clan, tu crois pas ? » Ouais, elle se bat par les mots, Muse, parce qu’avec sa mini-taille de mini-puceron, se battre, c’est pas forcément efficace, même si elle sait aussi le faire. Plonger une patte dans les yeux ou la gorge, ça nique. Un coup d’épaule entre les côtes aussi. Les griffes dans le visage c’est dangereux. Mais ça, c’est pour les brutes, Muse est trop intellectuelle pour aller castagner tout le monde. Déjà, elle trouve ça franchement con d’être en mauvais terme avec le Clan de la Montagne. Hé, c’est quoi le problème, sérieux ? Ca fait longtemps, zut à la fin, c’est débile de se mettre sur la gueule pour … Bah, pour des conneries comme ça, hein, n’ayons pas peur des mots qui fâachent. Un territoire. Et ça fait des générations que ça dure. La bande de Gaza version félin. Et Muse juge ça vraiment immoral, débile, bref, vraiment digne de ses compatriotes. Eux, leur principale occupation, c’est de faire en sorte de récupérer une terre à deux balles cinquante ? Cool leur vie, ça a l’air d’être l’éclate, un truc de malade. Et les bipèdes, les chats qui crèvent la dalle à cause de l’hiver, ce foutu chemin du tonnerre, tout ça, c’est pour ceux qui s’ennuient un peu entre deux bastons ? Bah ouais, on sait jamais, au cas-où notre vie n’était pas assez dangereuse et merdique, et si on invitait des bipèdes à foutre la merde, dis ?

Non, décidément, la politique, c’est pas pour elle. Trop marginale, trop cynique, trop méprisante. Oui, méprisante, hautaine, chieuse. Sa plus grande peur, pour le moment, c’est bien qu’on lui colle un apprenti dans les pattes. Adieu, tranquillité, adieu, silence, voilà mon pire cauchemar qui débarque, j’ai nommé, les enfants. Bruyants, increvables, toujours à gueuler, non, vraiment, elle déteste ça. Et puis l’accouchement, ça a pas l’air bien sympa, hein ? Pourquoi souffrir autant, alors que des marmots, ça va vous faire chier jusqu’à la fin de vos jours, sérieusement ? Ca vous tire sur le bas du bide en voulant téter, ça chouine pour rien, ça vous demande toujours « on est presque arrivééés ? – LA FERME, L’ÂNE ! » si ça va devenir apprenti, bref, c’est monstrueux, abominable, à éradiquer. Gruuuh. Tuons les enfants. Bref. Elle n’a vraiment pas les qualités pour devenir mère, et pas l’envie. Pas patiente quand ça crie, totalement bizarre, et puis il faudrait qu’elle trouve un père ! Elle, la marginale, qui se retrouve à flirter ? Bah, on aura tout vu ! Et puis avec ses idées politiques, elle passe plus souvent pour une renégate que pour autre chose. Ouais, Muse, elle croise quelqu’un de l’autre clan, elle le laisse passer, et patati, et patata. Pourquoi elle l’empêcherait de venir ? Les autres la laissent bien aller et venir sur leurs terres, en général, vu qu’elle est guérisseuse et pas chiante tant qu’on lui permet d’aller chercher ses plantes et son silence ! Pour la chasse, bah, elle pille les réserves de son clan, c’est sa vendetta de napolitaine refoulée pour toutes ces fois où ils viennent la gonfler quand elle est en paix. Et puis elle mérite bien un remerciement pour tous les crétins qu’elle a recousu, non ? Bah elle, on la paie en la logeant et en la nourrissant. Pas chiante, Muse. Elle voit juste le code du guerrier comme un concept assez fumeux dont elle ne respecte que les grandes lignes. En fait, elle est limite athée, cette espèce de chieuse, elle n’aime pas l’idée qu’un clan de matous qui crèchent dans les nuages – hé, les mecs, j’en profite pour vous dire que c’est dégueulasse de vous lâcher sur la Normandie sous prétexte que la créatrice de Muse vient de là-bas ! – puisse décider de ce qui est bien pour elle et de ce qu’elle ne doit pas faire. Oh, elle sait qu’ils existent, mais elle renie leur autorité. Rebelle Muse.

Bref. Petit récapitulatif pour les nombreuses personnes qui n’auront pas la foi de lire mon pavé.
Elle est intelligente, misanthrope, cynique, ironique et elle n’écoute le Clan des Etoiles que quand ça lui sert. Elle méprise les autres pour leur bêtise, et juge que la baston, c’est pour les cons. Poète, avec ça. Observatrice, elle analyse tout, et garde ce qu’elle pense pour elle, sauf si on lui demande, auquel cas elle répondra avec une franchise déroutante. Ah, je n’en avais pas parlé de sa franchise, nyark nyark. Demandez lui son avis, elle vous dira cash ce qu’elle pense, ET BASTA. « Je te fais chier ? – Oui régulièrement. » Muse, épouse-moi, je t’aime. Et puis voilà.
C’too.

Mais c’est déjà bien. *out*

Physique :
Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi on l’appelait Muse Eternelle ? Normal, vous venez de voir la préso, vous ne me connaissez pas encore, so vous n’avez pas eut le temps de réflexion. D’accord, vos pouvoirs de réflexion volent plus bas qu’un derrière de cochooon ♫ Hrm, Lion King powah, et cetera et cetera. Bref. Une Muse, qu’est-ce que c’est ? Oui, c’est le nom d’un groupe de rock du vingt-et-unième siècle, qui a fait une musique très connue vu qu’elle est dans la bande son de Twivet, le navet de vampire – on voit bien de qui je parle ? Avec le type qui a copié Salim, Jacob là – et BREF, une muse, c’est une gonzesse de la mythologie. Vous êtes pas des attardés, vous voyez de quoi je veux parler. Et les Muses inspiraient les poètes. Et qu’est-ce qui inspirent les artistes ? La beauté. Sous toute ses formes. Il y a la beauté laide, parce que ça peut être un critère de beauté que d’être laid, tout dépend du point de vue, ensuite. Mais là, on dévie encore. La beauté, donc. D’où le nom de Muse Eternelle. Oui, elle est belle, très belle. Un poil crémeux, presque blanc – siamese revolutioon \o/ -, un pelage bien fourni et tout doux et tout frais – Georgie ma Yéti <3 – , les pointes tigrées de gris, un air encore jeune, de superbes yeux gris pâle … Vraiment, la petite guérisseuse est très jolie. Petite, ai-je dit ? Oui, Muse Eternelle est bien plus petite que ses congénères. Elle a la taille d’un grand apprenti, pas celle d’une guerrière. De loin, on lui donnerait dix lunes plutôt que trente-six. Petite, menue, elle paraît toute inoffensive quand on ne la connaît pas. Donc on la fait chier. Donc on se retrouve avec des laxatifs au milieu des soignants, plusieurs lunes après, quand on a besoin d’elle. Et ça fait chier. Littéralement. Fin de cette parenthèse très imagée. Mais ce qui calme directement quand on voit Muse, c’est son regard et cette espèce d’aura qui se dégage d’elle.

Le regard, d’abord. Froid. Glacial. Elle calcule tout, et par conséquent, elle maîtrise tout, aussi bien que le meilleur des traders maitrise la bourse. Sauf que chez elle, la crise, ça n’existe pas. Donc elle maitrise, et ça se voit dans son regard. Quand elle vous regarde de ses yeux pâles, on ne peux pas s’empêcher de frissonner ; on est passé au peigne fin, on est analysé, ça se sent, et pire, on ne peut rien y faire. Vous connaissez cette affreuse sensation d’impuissance ? Non ? Alors allez emmerder Muse – ouais y’a pas vraiment d’autres moyens pour qu’elle vous regarde ._. – et vous la connaitrez. Et ce regard, si froid, si glacé … Il ne change jamais. Elle contrôle trop bien ses émotions pour vous laisser voir quoi que ce soit. Elle est contente d’avoir gagné quelque chose ? Elle ne le montrera pas. Il y a une baston. Du monde à soigner, youpi. Elle ne montrera pas qu’elle fera la gueule, elle soignera, c’est tout. Encore plus froide qu’une chambre mortuaire à Baclesse. L’hôpital François Baclesse, à Caen, vous ne connaissez pas ? Un truc de malades. Jeu de mot à la con. Enfin imaginez la chaleur dans la morgue, déjà, d’un hosto spécialisé dans les cancers, n’empêche. Bah vous avez à peu près l’attitude de Muse quand ça se castagne et qu’elle doit réparer tous les cons qui vont péter la gueule à d’autres cons ET BON SANG C’EST QUOI CET EXEMPLE POUR LES GOSSES !? è___é Mh non oubliez, elle n’aime pas les gosses. Bon bref quoi.

L’aura, maintenant. Quand on la regarde, on comprend qu’elle est sûre d’elle. Son assurance lui confère une attitude particulière, qu’elle ne remarque pas elle-même, et qui suffit parfois à dissuader certaines personnes de l’emmerder. Cette espèce d’aura magnétique, qui, mêlée à sa grâce, la rend si étrange. Elle est différente des autres, ça c’est sûr, parce qu’elle, elle le sait. Quoi qu’elle dise, quoi qu’elle pense, les autres se feront une image d’elle qui n’est pas réelle. Alors à quoi bon vouloir correspondre à leurs attentes ? Elle est comme elle est, et ça se voit jusque dans ses moustaches. Dans son allure calme, dans sa façon de regarder devant elle comme si elle ne voyait pas les autres, de rester toujours plongée dans ses pensées, dans ses réponses sibyllines et franches à la fois, et même dans son odeur. Odeur qui, au passage, est un exquis mélange de lavande et thym. C’est ça de vivre dans une tanière remplie d’herbes diverses et variées.

Dernier point, maintenant, sa façon de se battre, déjà évoquée dans le caractère. Elle se bat avec ses mots. *out* Mais aussi un peu avec ses papattes, hein, c’est plus marrant. Comme elle sait très bien qu’elle n’a pas la force de foncer direct sur les gens et de leur cogner dedans – de toute façon elle s’en fout, elle trouve ça moche et brutal, elle est partisante de la délicatesse et des joutes orales, d’abord. – elle s’est trouvé une technique à elle. Elle bouge tout le temps. Un pas en avant, un saut sur la droite, et patati, et patata. Muse, c’est la reine de l’esquive. Agile et rapide, elle compense son manque de puissance avec ces deux qualités, et sa petite taille est loin d’être un défaut, vu qu’elle lui permet de se glisser sous les autres matous, tous beaucoup plus grands. Et puis de toute façon, elle est guérisseuse, pas guerrière, bande de glands !

Histoire : (Au moins dix lignes)
Voir prochain message.

Le code du réglement ? Crouch crouch. *bruit du Panda qui mâche du bambou*

Sur vous (Entièrement facultatif)

Pseudo : Mocerino. Moce. Moceuh. BREF.
Prénom : Le puf sert pas à rien vous savez.
Age : Treize piges.
Date de naissance : 06/05/1997.
Sexe : Féminin.
Comment avez-vous connu le forum ? Par Panda-choo.
Son principal défaut ? C’est vexant de cibler les défauts dès son arrivé, on passe pour des pauvres cons pas fins si on dit vraiment ce qu’on pense, et pour de sales hypocrites si on clame qu’il est merveilleux et que c’est le forum de notre vie. .__. Je dis ça, mais je le mets quand même, cela dit. *OUT*
Sa principale qualité ? Panda. *out*
Autre chose à rejouter ? Coin coin Canard, Leto au pouvoir. Et Cobain. Epousez-moi, les mecs, sérieux, je suis beaucoup mieux que Courtney Love ou Ashley Olsen. i_____i *groupie éperdue*

_________________

have you heard, have you heard ?



Dernière édition par Muse Eternelle le Mar 18 Jan - 20:34, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muse Eternelle✖ Perdu dans la forêt ✖
mafieuse emmerdeuse



Wanna be anarchy ?Messages : 238
Localisation : Pitit curieux va. ♥

Feuille de personnage
Pseudo :
Clan: Clan de la Forêt
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Muse ▬ fallait apprendre à nager avant de plonger.   Ven 31 Déc - 20:19

« Hé l’antisociale, t’en as pas marre d’être toujours toute seule ? »
« Ouais, t’as jamais d’potes ! Faut dire que conne comme t’es … ! »
« Nan mais sérieux. T’en as pas marre ? »
« Que tu me fasse chier ? Sérieux ? Si, vachement, ouais. D’être seule ? Si ça peut m’épargner de voir ta sale gueule, non, pas du tout. »
« Ouah la phrase toute faite ! »
« Tu crois quoi, que je vais me faire suer à chercher des bonnes réparties à chaque fois qu’un abruti comme toi viens m'emmerder ? Je finirai totalement déshydratée, c’est pas une bonne idée. »
« Heiiin ? o.o »
« Tssk. »

Petite Muse versus Petit Bourdon, un zéro pour Muse. Quatre lunes et demi et déjà si misanthrope que ses seuls échanges avec ses compagnons de pouponnière se réduisaient à ce genre de joutes orales. Qu’elle gagnait à chaque fois. Ne demandant rien d’autre que la paix et le silence, Muse ne gênait personne, n’embêtait personne, et pourtant, se prenait tout un tas de personne sur le coin de la gueule. Comment, un chaton qui ne parle pas et qui réfléchit tout le temps ? Mais allons, Rose des Vents, il faut à tout prix l’emmener chez la guérisseuse, ta petite Muse est sûrement gravement malade ! Et les reines de caqueter que la petite était atteinte d’une maladie bizarre, murmurant à leurs enfants de ne pas trop l’approcher, et surtout, de ne pas jouer avec elle : il ne faudrait surtout pas qu’ils attrapent sa maladie, vous comprenez, ça doit être très contagieux ! Hélas, l’interdit doit vachement attirer, parce qu’il était impossible pour Muse de passer une journée tranquille. Elle n’est pas comme nous ? Alors d’accord, elle va le payer. La différence, c’est mal. La différence, ça fait peur, c’est bizarre. Donc ce qui est différent est mauvais. Donc Muse est mauvaise, ne l’acceptons pas dans nos rangs. Belle moralité, mais tellement semblable à celle de l’être humain. Comprenne qui le pourra. Ainsi donc, dès sa plus tendre enfance, Muse ne jetait pas un œil aux combats amicaux qui se déroulaient à quelques longueurs de queue d’elle, préférant observer avec intérêt un mâle faire la cour à une femelle, se demandant combien de temps leurs simagrées continueraient. Et que je passe devant toi en te souriant, et que je t’aide. Mais bon sang, tu vas lui dire que tu veux lui faire des tas de morpions qui vont l’enfermer dans cette pouponnière de merde pour une plombe, oui ou non !? Ah, s’ils avaient su ce qui se passait derrière le regard de glace de la petite bizarre de la pouponnière, combien de couples se seraient formés plus vite ! L’amour, c’est tellement facile à voir, surtout quand on a l’intelligence de Muse. Suivant donc ces ébats ridicules en soupirant intérieurement et en s’entretenant déjà avec elle-même sur le sujet très intéressant qu’est la bêtise des adultes et leur manque de témérité, elle s’intéressait beaucoup, aussi, aux visites de Murmure Sylvestre, le guérisseur. Ah, le guérisseur, mais dieu qu’il était beau, déjà, mais intéressant, en plus ! Tout à fait housse-de-couettable, comme qui dirait. Mais ne faisons pas de cette innocente et ingénue petite – mon œil XD – un monstre de perversité totalement obsédé, n’est-ce pas, et le regard qu’elle posait sur lui était tout à fait innocent et juste curieux. Oui, curieux, parce que si la baston de ces gros tas de guerriers ne l’intéressaient pas le moins du monde, l’art de la guérison, que ce soit celle du corps ou de l’esprit, était le genre de voie que Muse rêvait d’emprunter. Qu’elle avait décidé d’emprunter.
Et quand Muse décide quelque chose, il fait bon de savoir qu’elle n’en démordra pas avant de l’avoir obtenu.


« Muuse, mais qu’est-ce que tu me veux ? Repars jouer avec les au … »
« Les reines caquètent si fort que ça t’a rendu sourd, Etoile de Sapin ? C’est assez fâcheux, pour un chef aussi jeune … »
« Que veux-tu dire, Petite Muse ? »
« Allons, Etoile de Sapin, tu sais aussi bien que moi que les chatons ne tolèrent pas la différence. Je veux le calme, ils veulent se taper dessus. Le courant ne peut pas s’établir entre nous. »
« Certes, mais pourquoi viens-tu me voir ? »
« J’ai pris une décision, Etoile du Sapin. »
« Et quelle est-elle ? »
« Je serai l’apprentie de Murmure Sylvestre. »


Qui sait ce qui fit que le meneur céda à sa demande – qui était plus une annonce qu’une demande – mais il accepta. Peut-être est-ce parce que la détermination de la petite lui plaisait, ou tout simplement parce qu’il était surpris et charmé de voir une chatonne lui parler d’égale à égal, avec un air de telle assurance qu’il semblait qu’il n’avait pas d’autre choix que de lui céder, qui sait ! L’important est que lorsqu’elle en eut l’âge, Etoile de Sapin se jucha sur le promontoire pour annoncer son baptême, un soir, et annonça qu’elle avait décidé d’être apprentie guérisseuse. Surprise de la part de tous les guerriers. Sourire de Murmure Sylvestre. Ca, ça lui plaisait. Le guérisseur approuvait son choix, et quitte à passer plusieurs lunes sous la houlette d’un adulte, autant que ce soit quelqu’un qui puisse la supporter, n’est-ce pas ? Commençant donc son apprentissage avec Murmure Sylvestre, Nuage de Muse découvrit avec intérêt plantes et graines, pâtes et onguents, chasse et combat. Les journées se suivaient et ne se ressemblaient pas, chacune dotée de son lot de surprises et de nouvelles leçons. Au fur et à mesure qu’elle apprenait, Muse découvrit avec satisfaction un nouveau moyen de se venger de ses congénères, qui ne cessèrent pas de s’en prendre à elle, bien au contraire. Ainsi donc, le mille-feuille, en plus de faire vomir, a des propriétés laxatives ? Etrange, Nuage de Bourdon, qui vint réclamer à Murmure Sylvestre quelques baies de genévrier pour soulager sous ventre douloureux passa la nuit à gémir qu’il avait la diarrhée et envie de vomir. Et bien entendu, il revint chez le guérisseur en geignant lamentablement, sous le regard railleur de la birmane. Ah ouais, petite fille perdue et bizarre sans aucune protection et incapable de se défendre, vraiment ? Continuant son apprentissage avec une soif d’apprendre chaque jour plus forte, Nuage de Muse développa vite un lien fusionnel avec Murmure Sylvestre : ce même lien qui unit Jilano à Ellana, ou Rafi à Elio. Que de bonnes références, mes aïeux. Il y eut ce lien, donc ; cette façon qu’avait Murmure de deviner ce qu’elle allait dire ou penser avant qu’elle me même ne l’énonce ou n’y songe ; ces silences qu’ils comprenaient tous deux mieux que mille et uns discours ; ces jours passés à essayer, à échouer, sous la contrainte, puis cette fois où elle réussissait la tache, et la recommençait le lendemain parce qu’elle réalisait y avoir pris goût ; oui, entre eux se développa ce lien si fort qu’on le pense toujours indestructible.
Et il arrive toujours un jour, où on réalise que l’on a tort.


« Etoile de Sapin ? Etoile de Sapin ! »
« … »
« OH ETOILE DE SAPIN, GROS LOURDINGUE DE PARESSEUX DE MES DEUX ! »
« Hein quoi ? Ah c’est toi Muse ? Qu’est-ce que tu me veux encore ? »
« Où est Murmure Sylvestre ? »
« Euuh et bien c'est-à-dire que … Hé, ça ne te concerne pas, c’est tes affaires ! »
« Sapin ? »
« Oui Muse ? »
« Si tu ne réponds pas, ton prochain voyage à la vieille carrière sera avorté parce que tu vomiras tes tripes à cause de toute la millefeuille que j’aurais foutu dedans. J’écoute. »
« … Vu comme ça, forcément, c’est tout de suite plus évident que ça te concerne et … »
« Sapin ? »
« Bon d’accord. Je l’ai envoyé au bois des disparus avec une patrouille et il est sensé les réparer si … Hé Muse, où tu vas !? »


Peine perdue, l’apprentie guérisseuse, plus tellement apprentie, d’ailleurs, du haut de ses seize lunes, avait foncé dans l’antre de son mentor et en ressortait déjà, portant un gros ballot d’herbes. Elle sortit en trombe du camp, sous le regard ébahi du meneur, qui se fit monumentalement envoyer péter quand il lui intima de rester au camp. Ah ouais, vraiment ? Tu envoies mon mentor, mon ami, mon maître, au casse-pipe, et tu m’interdis d’aller le réparer, comme tu dis ? Pour la première fois, on vit Muse péter les plombs, et se mettre à hurler au beau milieu du camp. Sur le meneur, qui plus est. Elle lui gueula qu’elle n’en avait rien à foutre de son avis et de ses ordres à deux balles cinquante, qu’elle allait chercher son mentor, et que ceux qui se dressaient en travers de sa route le lui paieraient amèrement. Ne jamais sous-estimer une guérisseuse qui a accès à des boules d’if et au tas de gibier. Et sur ces jolis mots, elle reprit son ballotin et repartit en courant, maugréant qu’il l’avait déjà mise en retard et que s’il arrivait quelque chose à l’escouade, il aurait leur mort sur la conscience. Grimpant en continuant de grogner, Muse Eternelle finit par débouler dans le bois des disparus, sans ralentir pour autant. Au contraire, lorsqu’elle sentit l’odeur du sang mêlée à celle de son clan, elle se mit à jurer comme une charretière en fonçant vers la provenance de l’odeur. Et se remettre à gueuler sur les trois chats de son clan, malgré leur état plus mort que vif. Ce ne fut que lorsqu’elle approcha Museau de Feu pour lui faire avaler du pavot qu’elle réalisa qu’il était mort. Blême, elle s’immobilisa, puis jura violemment et fonça vers Murmure Sylvestre.
Le simple fait de voir ses flancs barbouillés de sang suffit à déchirer son monde.
Et puis

« Hé, Muse … Tu as appris à voler ? »
« Sylvestre !? Attends j’ai des toiles d’araignée et … »
« Muse, sérieux. Tu crois que ça servira ? »
« … Non. »
« Alors viens. Tu as appris à voler ? »
« Non, je ne sais pas voler ? »
« Il faut toujours savoir voler quand on saute … »
« Qu’est-ce que tu racontes ? Et puis je ne sais pas voler. C’est tout. »
« Tu ne sais pas voler ? C’est con, parce que t’as déjà sauté … »
« Tu délires. »
« T’as plongé dans la vie. Tête la première. Tu sais nager. Maintenant t’as sauté dans ta vie. Mais j’ai confiance. Tu sauras voler. »


Sourire. Dernier sourire. Ephémère, volatile, pensez-vous ? Que nenni. Immortel. Eternel. Gravé au fer rouge dans la mémoire de Muse Eternelle.
D’une patte tremblante, elle referma les paupières de Murmure Sylvestre.
Son monde s’était écroulé.

Sa vie pouvait enfin commencer.


« Muse Eternelle, ce chaton a décidé d’emprunter la voix de la guérison, c’est donc toi qui t’occupera de Nuage du Lagon. »
« … O.O »
« … Muse, ça va ? »
« Sérieusement ? »
« Mh non, tais-toi, je n’ai pas envie de t’entendre déballer à quel point tu hais les mômes au monde entier. »
« Crevard. »


Arriva donc un beau jour où sans prévenir, Etoile du Sapin eut la merveilleuse – ou pas – idée de donner à Muse un apprenti. Ah ouais, vraiment ? Montrant son désaccord dès le jour du baptême – bon c’est pas comme si le clan avait pensé qu’elle l’accueillerait à bras ouverts non plus – elle commença donc son enseignement, suivant les traces de Murmure Sylvestre mais froidement, sans ces sourires et ces moments d’intimité. Dès qu’elle le pouvait, elle s’isolait, écoutait le silence, regardait la nuit, dans le vent, dans la pluie, dans le froid ou dans la chaleur – qu’importe ! Tant qu’elle avait sa solitude tant adorée ! Et bien vite, le pauvre Nuage du Lagon, dérouté par la froideur de sa mentor, se posa des questions, et se mit en tête qu’il était un bon à rien. Et décida de bosser, bosser, tellement qu’il en arrêta de manger, et que Muse ne prit vraiment conscience du problème que lorsque le petit perdit connaissance alors qu’elle lui expliquait … Non, pas que faire face à l’hypoglycémie, ce serait trop débile XD, mais encore un truc vachement inutile, comme comment faire vomir des piafs malades. Oui, les chats mangent les piafs, et puis ils les soignent. Fin de la parenthèse. Absolument choquée que son cours soit si endormant, et surtout inquiète pour le chaton, Muse s’occupa immédiatement de lui, l’obligeant à manger lorsqu’il se réveilla, et le lien naquit enfin, au bout de trois lunes. Lui souriant et se comportant enfin comme Sylvestre, elle devint le genre de mentor qu’il attendait depuis si longtemps,
Et tout bascula à nouveau.
Ce qu’il se passa, cette fois ? Une simple mégarde sur le chemin du tonnerre, tandis qu’ils ramassaient des plantes. Elle l’appela pour lui montrer une herbe, et ne releva la tête que pour le voir débouler à fond alors qu’un monstre arrivait à toute allure. Hurlement. Et puis silence. Ce silence qu’elle aimait, vous vous souvenez ?
Ce silence qui, ce jour-là, la glaça plus qu’autre chose.


« Encore toute seule, Muse ? »
« Et pourquoi pas ? »
« Ca ne ressemble pas à une jeune et belle reine comme toi … »
« Je suis guérisseuse. »
« Ca ne t’empêche pas d’aimer. »
« Je n’ai jamais dit ça. »
« Tu l’as sous-entendu. »
« Faux, je t’ai fait remarquer que j’étais une guérisseuse et non pas une outre remplie de lait. »
« … Euh ouais. Mais ça change peu au fait que les autres chattes, même moins belles que toi, sont toutes en couple … »
« C’est un cliché. »
« Et alors ? »
« Les clichés, c’est pour les cons. »
« Tu dis que je suis con ? »
« Ouvertement oui. »


Le temps passa. Certains se mirent à murmurer que le Clan des Etoiles avait maudit Muse, que quiconque l’approchait était immédiatement voué à la malchance et bien vite, le Clan se mit à laisser Muse Eternelle de côté, à se taire sur son passage pour chuchoter dans son dos, à raconter aux enfants son histoire en y ajoutant divers épisodes plus sombres les uns que les autres. Ainsi, la mort de ses parent à une lune d’écart, quelques semaines après celle de Murmure Sylvestre, mort de ses parents due au mal vert, devint l’assassinat de ses géniteurs par une guérisseuse quêtant le sang pour s’en baigner, plongée dans la folie car pensant qu’un bain de sang ferait d’elle une créature immortelle. Mais bien entendu. Ces ragots continuèrent, continuèrent, offrant toutefois à Muse la chance de demeurer en paix de longues journées, et de pouvoir faire de ses jours ce qu’elle désirait. Seule la présence de Faucon Pèlerin, un grand matou baraqué, l’importunait. Attiré par la liberté et la différence de la chatte, qui malgré tout gardait une noblesse hors du commun, il ne savait comment faire pour se les approprier, et ne vit d’autre solution que de charmer la belle. Vraiment ? Charmer Muse ? Chacune de ses tentatives de drague était avortée par le cynisme et l’ironie de la belle, qui le repoussait froidement sans mâcher ses mots, et pourtant le voyait revenir, dépitée. Et puis un beau jour, elle éclata. Au beau milieu du camp.

« Muse, est-ce vrai ce qu’on raconte ? »
« Quoi encore !? »
« Que tu aimais Murmure Syl … »
« Alors c’est ça maintenant ? Quand quelqu’un est mort, immédiatement, la personne présente à sa mort devient son amante ou celle qui le harcelait et l’a tué parce qu’il ne répondait pas à ses attentes ? Eh bien ! Les comédies romantiques font pâles figures à côté de vos divagations ! »
« Et alors quoi, Muse ? Tu ne dis jamais rien, les gens meurent autour de toi, il faut peut-être te mettre à notre place ! »
« Ah oui, Soupir de la Colombe ? Tu veux que je me mette à la place de pies roucoulantes qui n’attendent qu’une chose, de trouver un beau matou pour en avoir des enfants, pas même pour être aimées, juste parce qu’en bonnes sado-masos, les contractions de l’accouchement et la morsure du mâle qui fait son boulot, c’est un grand plaisir ? Tu veux que je me mette à la place de ces ordures là, tout justes capables d’aligner deux mots pour descendre les autres ? »
« Qu’est-ce que tu insi … »
« Je ne fais que dire ce que je pense depuis que je t’ai vue avec Œil de Verre. Il est moins aveugle que ça quand il est occupé à copuler aussi sauvagement, mmh ? Et tu prétends donner le bon exemple à tes enfants ! Tiens, venons-en aux gamins, ces chers gamins ! Capables d’avaler tout ce que vous leur dites ! Ah il est beau le remerciement ! Ainsi, celle qui les a fait naître, celle qui s’est fait chier à soigner leurs plus petits bobos n’est rien d’autre qu’un monstre ? Que fallait-il attendre de plus de puérils gamins, d’un autre côté ! »
« Muse, je t’interdis de … »
« Ah, Etoile de Sapin, parfait, je n’attendais plus que toi ! Il est beau, ce chef qui envoie ses guerriers se faire tuer pour trois centimètres carrés de terrain ! Il est beau, le meneur, incapable de faire quoi que ce soit pour cesser cette guerre ! »
« Ils nous ont volé des … »
« ET ALORS, SECRET DES AUBES !? Bon sang mais qu’est-ce que c’est, une terre !? Qu’est-ce que ça importe !? Vous voulez vous taper dessus jusqu’à la fin des temps, ou bien un jour vous ouvrirez les yeux et vous comprendrez que ça ne sert à rien !? Vous vous targuez d’être plus haut que ceux que vous appelez des voleurs, mais au fond, vous êtes tous aussi ridicules ! »
« Et toi, Muse, pour qui tu te prends, à nous engueuler !? »
« Ouais, elle a raison ! »
« Je ne vous engueule pas, je vous donne mon avis, chose que j’aurais dû faire depuis longtemps, et je vous montre que votre buveuse de sang, votre sorcière, votre monstre, comme vous l’appelez, a plus de choses à dire que vous ne pouvez le penser ! »
« Eh bah si t’es pas d’accord, casse-toi, on a pas besoin de toi ! »


Suite à sa gueulante, elle tourna les talons et disparut toute la journée, partant tôt le matin pour rentrer tard le soir durant tous les jours qui suivirent. Et peu à peu, ce qu’elle pensait qu’il arriverait arriva. On l’attendit, on la chercha, et on finit par se planter devant sa tanière pour lui présenter des excuses. En fait si, la présence de la guérisseuse était nécessaire, on regrettait ses mots, et blablabla, et blablabla. Muse ne se gêna pas pour montrer que l’hypocrisie des chats la faisait bien marrer. Et pendant tout ce temps, Faucon Pèlerin continua de venir la voir, lui faisant une cour aussi incessante qu’irritante, qui finit par aigrir sérieusement la guérisseuse. Elle ne cachait plus son mépris pour le matou, sentant au fond d’elle qu’un jour où l’autre, toute cette rancœur exploserait, sans même tenter de la contenir. S’il fallait crier pour avoir le silence, alors soit, elle hurlerait, et connaîtrait enfin cette absence de bruit qui lui plaisait tant ; en attendant, toutefois, elle était encore et toujours condamnée à subir les perpétuelles tentatives on ne peut plus lamentable de Faucon Pèlerin. Jusqu’à ce qu’il n’aille trop loin à son goût, et se mette à sous-entendre clairement au beau milieu du campement, au vu et au su de tous, qu’ils s’aimaient. Et s’il y avait quelque chose que Muse n’aimait pas, c’était bien les menteurs.

« Maman … Je ne veux aller la voir … Elle me fait peur ! »
« Allons Petit Aigle ! Pourquoi tu as peur de Muse ? »
« Parce qu’elle est bizarre et qu’elle boit du sang ! »
« Quelle idée ! Muse Eternelle est très gentille ! »
« Je ne te crois pas, Faucon Pèlerin. Elle est trop froide, trop flippante, moi je ne veux pas aller la voir. »
« Tu sais, Muse est capable d’aimer, je peux te l’avouer, héhé … »
« C’est vrai ? oo »
« Mais parfaitement ! Avec moi elle est très gentille ! »
« Confondrais-tu la patience et l’amour, Faucon Pèlerin ? Serais-tu donc encore plus limité que je ne le pense ? C’est ma foi fort étonnant que d’apprendre que tu me pense éprise d’un menteur de ton genre. Et quel bel exemple pour Petit Aigle, mes aïeux ! »
« Que veux-tu dire ? Tu me blesse, Muse Eter … »
« Tais-toi. Tu mens et tu me ridiculise, et par-dessus tout cela, tu imagines un seul instant que le fait de te blesser m’arrêtera ? Tu m’as arraché mon silence, tu m’as volé ma solitude, et j’ai eut avec toi la patience que j’aurais eut avec n’importe quel autre guerrier du Clan, et pour me remercier, tu colporte des rumeurs mensongères sur mon compte ? Est-ce vraiment à toi d’être outré ? Mais pardonne-moi, j’avais oublié l’espace d’un instant que tu faisais partie de ces gens qui ne savent que se plaindre et geindre sur le sort lorsqu’ils le découvrent, qui sont tout bonnement incapable de chercher des solutions au problème. »
« Muse, tu me répugnes ! »
« Alors tant mieux, au moins me rendras-tu tout ce que tu m’as volé, en ce cas ! »


Silence radio. Rares sont ceux habitués à se prendre une Muse aussi énervée en pleine face. Crachant sa rancœur au beau milieu du camp, elle finit sa diatribe en criant, sous le regard médusé du camp, avant de tourner les talons d’un air rageur, sa queue fouettant furieusement l’air, et de repartir dans l’ombre de sa tanière. S’ensuivit une longue période de calme, puis Etoile de Sapin vint à mourir. C’est d’un œil neutre qu’elle vit Larme de Fourmi accéder au pouvoir, la traitant de la même façon qu’elle avait jamais traité son prédécesseur. Elle voulait continuer la guerre ? Alors soit, qu’elle aille ruiner le clan de la Forêt dans une bataille ridicule et perdue d’avance – tous savaient qu’elle se solderait par l’abandon des troupes de la Forêt face à celles de la Montagne – qui se transformerait inévitablement en véritable boucherie.
En véritable bain de sang.

Et après, c’est Muse Eternelle qu’on appelait la buveuse de sang ?

_________________

have you heard, have you heard ?



Dernière édition par Muse Eternelle le Mar 4 Jan - 12:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muse Eternelle✖ Perdu dans la forêt ✖
mafieuse emmerdeuse



Wanna be anarchy ?Messages : 238
Localisation : Pitit curieux va. ♥

Feuille de personnage
Pseudo :
Clan: Clan de la Forêt
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Muse ▬ fallait apprendre à nager avant de plonger.   Sam 1 Jan - 4:34

Je ferais peut-être un épisode de plus pour l'histoire. Mais demain. Là je vais dodo. xOx

_________________

have you heard, have you heard ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poison d'Amour✖ Perdu dans la forêt ✖
mafieuse insomniaque



Wanna be anarchy ?Messages : 208
Age : 19
Localisation : Dans un endroit inconnu que seul un Panda avec son bambou chéri peut connaître. \o/

Feuille de personnage
Pseudo : Panda.
Clan: Clan de la Forêt
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Muse ▬ fallait apprendre à nager avant de plonger.   Dim 2 Jan - 17:59

    Momoooooooooooooooooooo <3333 *saute sur sa Momo*
    Le retour, le retour !
    Bah que dire ? Je l'avais déjà vu cette présentation je crois, et tu me fais penser que je devrais refaire la mienne, tiens.
    Love you <3

_________________

Poison d'Amour
Guerrier du Clan de la Forêt.
"Je deviendrais le meilleur guerrier de la forêt."



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muse Eternelle✖ Perdu dans la forêt ✖
mafieuse emmerdeuse



Wanna be anarchy ?Messages : 238
Localisation : Pitit curieux va. ♥

Feuille de personnage
Pseudo :
Clan: Clan de la Forêt
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Muse ▬ fallait apprendre à nager avant de plonger.   Dim 2 Jan - 18:28

Ca me paraît pas possible que tu l'ai déjà vu, j'ai tout tapé spécialement pour le forum ^^ Mais globalement, elle ressemble à pas mal de mes persos, et Nevada sera un peu dans le même genre. x) Breeef, j'ai encore un ou deux passages en tête, je finis de taper et j'envoie ça.

_________________

have you heard, have you heard ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poison d'Amour✖ Perdu dans la forêt ✖
mafieuse insomniaque



Wanna be anarchy ?Messages : 208
Age : 19
Localisation : Dans un endroit inconnu que seul un Panda avec son bambou chéri peut connaître. \o/

Feuille de personnage
Pseudo : Panda.
Clan: Clan de la Forêt
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Muse ▬ fallait apprendre à nager avant de plonger.   Dim 2 Jan - 18:47

    C'est vrai que l'histoire était différente, et le caractère moins long, mais c'est toujours Muse, quoi. xp
    Bon, toi on te valide sans le RP test, hein. Mais non, c'est pas du favoritisme, mais bon, vu le niveau RPG, et vu que c'est qui la Momo à son Panda ? bah voilà. <3

    Ah, et au fait, code validééé. Et le code c'est Eevee qui l'a mis, pas moi. XD
    Jared Leto et Kurt Cobain... *___* J'm'en fous, ils se marieront pas avec toi mais avec moi, surtout Bôgoss <3

    Enfin bref. ^^

_________________

Poison d'Amour
Guerrier du Clan de la Forêt.
"Je deviendrais le meilleur guerrier de la forêt."



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muse Eternelle✖ Perdu dans la forêt ✖
mafieuse emmerdeuse



Wanna be anarchy ?Messages : 238
Localisation : Pitit curieux va. ♥

Feuille de personnage
Pseudo :
Clan: Clan de la Forêt
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Muse ▬ fallait apprendre à nager avant de plonger.   Dim 2 Jan - 23:32

Nath est ma création, so c'est moi qui décide d'avec qui il finit, cet homme parfait, non mais oh.

_________________

have you heard, have you heard ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poison d'Amour✖ Perdu dans la forêt ✖
mafieuse insomniaque



Wanna be anarchy ?Messages : 208
Age : 19
Localisation : Dans un endroit inconnu que seul un Panda avec son bambou chéri peut connaître. \o/

Feuille de personnage
Pseudo : Panda.
Clan: Clan de la Forêt
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Muse ▬ fallait apprendre à nager avant de plonger.   Lun 3 Jan - 19:20

    Tup tup. Ok, Nath il finit avec Lily - ou toi, peut importe - mais pas Jared Letoooo <3 On différencie les deux, merci. Parce que Nath est incarné par Leto mais n'est pas lui. Enfin je me comprends XD

    *Dit l'Admine qui n'arrêtait pas de flooder*
    J'arrête, promis. xp

_________________

Poison d'Amour
Guerrier du Clan de la Forêt.
"Je deviendrais le meilleur guerrier de la forêt."



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muse Eternelle✖ Perdu dans la forêt ✖
mafieuse emmerdeuse



Wanna be anarchy ?Messages : 238
Localisation : Pitit curieux va. ♥

Feuille de personnage
Pseudo :
Clan: Clan de la Forêt
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Muse ▬ fallait apprendre à nager avant de plonger.   Lun 3 Jan - 20:53

Ouais mais Bogosse c'est Nath et pas Leto, parce que Leto a été avec Ashley Olsen et qu'il est pas aussi parfait que Nath. Et ouais, arrête de polluer ma préso, tfeuh XD
So j'essaie de poster la suite ce soir.

_________________

have you heard, have you heard ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poison d'Amour✖ Perdu dans la forêt ✖
mafieuse insomniaque



Wanna be anarchy ?Messages : 208
Age : 19
Localisation : Dans un endroit inconnu que seul un Panda avec son bambou chéri peut connaître. \o/

Feuille de personnage
Pseudo : Panda.
Clan: Clan de la Forêt
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Muse ▬ fallait apprendre à nager avant de plonger.   Mar 4 Jan - 14:10

Et ben donc présentation validée. Je déplace, tu peux aller RP ma belle <3
(D'ailleurs, ça te tente prochainement un RP Poison-Muse ? Ca risquerait d'être assez marrant XD)

_________________

Poison d'Amour
Guerrier du Clan de la Forêt.
"Je deviendrais le meilleur guerrier de la forêt."



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Wanna be anarchy ?

MessageSujet: Re: Muse ▬ fallait apprendre à nager avant de plonger.   Aujourd'hui à 12:42

Revenir en haut Aller en bas
 

Muse ▬ fallait apprendre à nager avant de plonger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild Cat :: Archives :: Anciennes présentations-
Sauter vers: