Incarnez un chat et vivez dans l'un des Clans !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Recueil des Soupirs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Recueil des Soupirs▲ Au sommet de la montagne ▲


Wanna be anarchy ?Messages : 4

MessageSujet: Recueil des Soupirs.    Sam 4 Juin - 22:55

Sur votre personnage

Nom : Recueil des Soupirs.
Surnom : Soupir.
Sexe : Mâle.
Age : 26 lunes.
Clan : Clan des Montagnes.
Rôle : Lieutenant ? Ou pas.
Caractère : (Au moins cinq lignes) Son caractère ? Vous allez bien loin. Ce chat, c'est une pure merveille de la reflexion. C'est une sorte de philosophe qui se serait réincarné en matou. Son principal trait de caractère, c'est son insensibilité. Il ne ressent rien, jamais rien. Vous pouvez lui annoncer que la terre s'écroule, il restera de marbre, là, à vous dévisager, ses deux prunelles grises fouillant au fin-fond des votres pour trouver à quoi ça rime tout ça. Oui, il est étrange. C'est bien pour ça que je l'aime. Essayez donc de lui dévoiler les plus lourds secrets existants depuis la création de la terre, telle sera votre déception lorsqu'il prendra congé en s'éloignant dans un sourire, comme si vos révélations lui importaient peu. Il est comme ça. Ceci peut être une qualité. Ceci peut être un défaut. Moi je vous le dis, je vous le murmure, c'est vraiment le plus beau de ces défauts.
Physique : (Au moins cinq lignes) Fermez les yeux. Imaginez un pelage blanc, superbement blanc. D'aspect général, un grand matou.N'ouvrez pas les yeux. Continuez la visite. Partons du bout de la queue. Longue, touffue et blanche, blanche comme l'écume. Glissons jusqu'à sa croupe. Charnue,blanche et haute. Le long de sa colonne vertébrale, toujours cette fourrure implacable, aux poils longs et soyeux. Descendons vers les pattes. Plutôt larges d'ailleurs, des griffes noires qu'on n'aimerais pas goûter. De courtes pattes, assez fin le minou. Remontons. Ses flancs, gracieusement bien en chairs, le pelage plaqué contre les côtes qu'on peine à distinguer. Continuons le tour du propriétaire. Son cou, fin, et toujours cette blancheur extrême, signifiant cette fraicheur qu'il exprime. Le plus intéressant, la tête. Légèrement triangulaire, ornée de belles et longues moustaches . Deux oreilles pointues et bien touffues. Des babines cachant des crocs larges et acérés. Un museau rose pâle où se risque une langue râpeuse. Et puis ces yeux. Deux prunelles grises. Sans éclat. Où, tout de même, se trouvent différentes nuances de gris, comme un arc-en-ciel en noir et blanc. Beau matou. Vraiment.
Histoire : (Au moins dix lignes)
L’amour est un tyran qui n’épargne personne.

« Pendant longtemps, tu as été mon rêve, ma lubie, mon ange, mon envie, la chose la plus merveilleuse du monde, celui qui cicatrisait mes plaies d’un regard, celui qui hantait mes pensées, celui pour qui j’aurai tout donné. Alors que pour toi je n’étais rien, une chatte ordinaire. Il y a quelques temps, on s’est découvert une passion commune, l’amour. Mais maintenant laisse moi, laisse moi mourir. Cesse de pleurnicher et vit bon sang. Tu es bon, tu es merveilleux. Le seul fardeau que tu avais c’était moi, maintenant que je me meurs, tu es libre. Que fais tu encore là ? File vole, cours, aime comme tu ne m’as jamais aimé. Et vit, vraiment, vit Recueil des Soupirs.. »

Après sa tirade, la jolie femelle écaille au bord du gouffre soupira. C’est vrai qu’elle était belle, c’est vrai qu’elle avait tout pour me plaire. Rare sont ceux qui y arrivent d’ailleurs. Elle était. Pourquoi ? Car cette jolie, cette splendide chatte venait de pousser son dernier soupir à mes pattes. N’est-on pas censé éprouvé une sorte de tristesse quand un être meurt en désespérance de cause, oui. Ce soir, oh oui sous cette pleine lune, j’aurai tant aimé être envahi par quelque chose un sentiment plus ou moins agréable, juste ressentir au fond de mon cœur un pincement, un regret de me dire que je ne la reverrais plus jamais. Jamais. Pourtant, je n’avais envie de qu’une chose, partir, m’éloigner, m’enfuir, lui tourner le dos comme je l’avais toujours fait. Son corps s’était contracté, ses yeux grands ouverts, d’horreur ou d’effroi, je ne sais pas me transperçaient. Un long frisson vint hérisser mon échine, je ne pouvais me résoudre à la laisser là. Non je n’étais pas un monstre, seulement j’étais dérangé. Ses prunelles glaciales me fixaient. Dans un élan de tendresse, je vins enfouir mon museau dans sa fourrure soyeuse. Soudain, je me sentis plonger dans mon enfance. En humant encore plus son odeur, je pu même distinguer l’odeur salée de la plage. La plage ! Ma terre, ma vie, mon territoire natal. Tous mes souvenirs, toutes mes joies, toutes mes peines étaient restées là-bas. Ici, je n’étais rien, juste un corps sans âme ni esprit. Ma tête était vide comme le néant. C’était comme ça et puis voilà. Je m’en souviens encore de ma folle vie au bord de la mer, ces choses on ne les oublies pas, c’est inoubliable, indélébile. Oh oui, je m’en souviens encore.
I- Naissance d’un prodige.

J’ai trop le cœur en bandoulière et le corps aux objets perdus.

Ma première bouffée d’air. On ne peut mieux comme sensation. Aspirer cette goulée fantastique tout en se disant que ce n’est que le début. Un museau glacé vient de se poser sur mon front. Une langue râpeuse glisse et lisse mon pelage. Ma mère. C’est fou ce qu’elle me manque. Un jour ou l’autre, on finit tous par la perdre sa créatrice, c’est moi qui vous le dis. Peu importe, la mienne s’en est allée durement, avec l’aide de quelqu’un, je ne peux vous l’avouer comme ça, vous le saurez bien assez tôt.
J’étais donc né, avec une seule et unique sœur. Splendide, elle était. Son pelage crème semblait ruisseler de gouttelettes dorées. Elle était fine et bien portante pour son jeune âge. A cote d’elle, je me sentais laid, impuissant et inutile. Ma mère, elle, ne faisait pas de différences, et nous gavait d’amour et de tendresse à n’en plus finir. Nos premières sorties à ma sœur et à moi furent mouvementées. Fureur Sablée, car c’était son nom, voulait toujours désobéir, partir sans cesse à l’aventure. J’étais plus calme, plus patient. Je ne voulais qu’une chose : retrouver les tétines chaude et laiteuses de ma mère. Un après midi, ma sœur commença à me dévoiler son vrai visage. Elle m’entraina vers les gouffres sacrées, les entrailles de la terre, plus bas, plus loin que la plage. Devant ce trou béant où se jetait l’eau, je ne ressentis rien. Pourquoi ? J’étais étrangement insensible à la terre qui s’écroulait sous mes coussinets. Ma sœur, elle, parlait, sa voix faisait écho dans cette immensité obscure. Une des phrases qui m’avait marqué était celle-ci, prononcée entre deux regards acerbes destinés au trou noir sous nos pattes :

« Un jour, j’aimerai y tomber. Sentir le sol se rapprocher. La mort. La fin. C’est étrange mais j’y pense souvent à la mort. »

Je me rappelle bien avoir déglutit bruyamment comme si quelque chose était coincé dans ma gorge. Je l’avais sentit se sécher et se contracter en l’espace de quelques secondes. Ma sœur s’était arrêtée de parler et avait fait un pas vers le vide qui l’attirait. Là non plus, rien ne m’avait envahi. Me dire que la vie de ma seule et unique sœur ne tenait qu’a un fil ne m’avait pas décroché un seul frisson. A ce moment là, les questions avaient commencé à hanter mon esprit. Etait-ce possible que je sois insensible ? Que jamais je ne pourrais ressentir ne serait-ce-que de l’amour ? De l’amitié ? De la peur ? De la haine ? C’était si grand, si brouillé, si incertain comme un ciel emplit de nuages gris. J’avais finalement rejoint la plage et ma mère , ma queue laissant un sillon doré dans le sable. Suivant ma sœur, mon repère, à jamais. Jamais. Je ne croyais qu’en elle. Mon idole. Je n’aurais pas du.

II- Finir par grandir vers un sombre avenir.

Les lunes passèrent. L’une après l’autre . Mon poil s'épaississait pendant la saison froide pour finir par tomber en poussière durant les temps chauds. Ma sœur et moi avions tout les deux grandis. Souvent, je la voyais s'éclipser, je savais où elle allait. Fureur Sablée, retournait aux gouffres. Régulièrement. Moi, je n'y avait pas remis les pattes, à quoi bon ? Je ne ressentais rien. Parfois, après l'une de ces balades, ma sœur me parlait de ses rêves, de ses envies, là, blottie contre moi, elle me contait son désir de vie et de contrôle. Ma mère, elle, vieillissait bien. Nous pêchions pour elle car elle limitait ses déplacements. Son doux pelage jaune d'œuf d'autrefois avait grisé et s'était légèrement endurci. Cependant, elle possédait toujours cette voix, si calme, si rassurante, celle qui les avait bercés durant leurs nuits agitées. La plage, elle se recouvrait de petits buissons éparses où grouillaient des crabes. Un de mes passe-temps préféré était de les secouer pour voir des dizaines de crustacés s'agiter entre mes pattes. L'un d'eux m'avait déjà mordu, je me rappelle bien être resté impassible devant le sable qui se gorgeait de mon propre sang. C'est ma sœur qui m'avait trouvé. Lentement, à coups de langues réguliers, elle avait lapé l'hémoglobine, une drôle de lueur dans les yeux. Je n'y avais pas fais attention mais aujourd'hui encore je m'en souviens. Ces prunelles brûlantes, oranges, teintées d'un éclat rouge pourpre qui jusqu'à cet instant, m'était inconnu. A ce moment là, je ne me doutait de rien. Pourtant, ma sœur s'était transformée, petit à petit, elle devenait un monstre. Je ne m'en rendit compte que quelques temps après, je l'avais rejointe aux gouffres. Notre mère ne se sentait pas bien, seul je ne savais que faire. Fureur Sablée n'était pas seule. L'inconnue était une fine chatte, son pelage brun moucheté de taches était souillé par son sang. Elle gisait sur le sol, couchée sur le flanc. Elle semblait si faible. Quel monstre avait pu lui faire ceci ? Lorsque j'avais tourné la tête, je l'avais vue. Sa langue rose passant sur ses babines recouvertes de sang. Non. C'était impossible. Pas elle. Elle. Elle, non. Encore une fois, rien ne se passait au fond de moi. Seulement, je n'avais pas le temps de me questionner. Pas lorsque ma propre soeur dévorait une jolie inconnue. Non, pas maintenant. D'un bond magistral, j'avais surgit au bord de la falaise. Ma soeur avait tourné la tête, cette fois ci encore, la tâche rougeâtre au fin fond de ses pupilles. J'avais alors reconnu la chatte blessée mortellement. Sue. Ma meilleure amie, celle à qui je me confiais. La seule qui comptait vraiment pour moi.

[La suite en flash back dans mes rps. ]

Le monde tourne toujours dans le même sens, et pourtant, pour moi, il s'est arrêté depuis que ton coeur ne bat plus.




Le code du règlement ? Miaou. Validé ! =D *s'enfuit avec le code*
Sur vous (Entièrement facultatif)

Pseudo : Recueil des Soupirs.
Prénom : Lucile.
Age : 14 ans.
Date de naissance : 10 septembre 1996.
Sexe : F.
Comment avez-vous connu le forum ? Ahaha.
Son principal défaut ? Un peu sombre ...
Sa principale qualité ? Ses membres.
Autre chose à rajouter ?
Vous aimez les cookies ?


Dernière édition par Recueil des Soupirs le Sam 4 Juin - 23:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poison d'Amour✖ Perdu dans la forêt ✖
mafieuse insomniaque



Wanna be anarchy ?Messages : 208
Age : 19
Localisation : Dans un endroit inconnu que seul un Panda avec son bambou chéri peut connaître. \o/

Feuille de personnage
Pseudo : Panda.
Clan: Clan de la Forêt
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Recueil des Soupirs.    Sam 4 Juin - 23:16

Quand j'vous dit que mes Partenariats servent. =DD
Bienvenue, ou re-bienvenue Recueil des Soupirs, puisqu'on s'est déjà parlées XD

Ta présentation est super ! Les lignes sont respectées, et c'est joliment écrit, j'aime bien :23: Juste, pour être Lieutenant il faut avoir au moins 20 lunes - 16 ça fait trop jeune, car un guerrier est nommé à 12 lunes à peu près, et le temps qu'il s'occupe au moins d'un apprenti... Et aussi dans la partie sur toi, les défauts et qualités concernent le forum ^^

Voilà, n'hésite pas à nous contacter si tu as un soucis :3 Et comme dit sur la CB, pour être Lieutenant, il faut que tu envoies un RP par MP au Staff qui décidera de ta validation. Bonne continuation =D

_________________

Poison d'Amour
Guerrier du Clan de la Forêt.
"Je deviendrais le meilleur guerrier de la forêt."



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile d'Epines✸ Baigné par la lumière ✸


Wanna be anarchy ?Messages : 18

Feuille de personnage
Pseudo :
Clan: Clan de la Lumière
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Recueil des Soupirs.    Dim 5 Juin - 12:28

J'adore ton style ♥ C'est agréable à lire, aéré... Tout simplement génial XD Bienvenue ;D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Recueil des Soupirs▲ Au sommet de la montagne ▲


Wanna be anarchy ?Messages : 4

MessageSujet: Re: Recueil des Soupirs.    Dim 5 Juin - 12:42


  • Merci à vous deux.
  • J'ai changé ce qu'il fallait changer. (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patte d'Oiseau✸ Baigné par la lumière ✸


Wanna be anarchy ?Messages : 13
Age : 19

Feuille de personnage
Pseudo :
Clan: Clan de la Lumière
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Recueil des Soupirs.    Dim 5 Juin - 12:51

Super ! =) Tout est bon, il ne reste que le RP ! :43:

_________________


Merci Eevee ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poison d'Amour✖ Perdu dans la forêt ✖
mafieuse insomniaque



Wanna be anarchy ?Messages : 208
Age : 19
Localisation : Dans un endroit inconnu que seul un Panda avec son bambou chéri peut connaître. \o/

Feuille de personnage
Pseudo : Panda.
Clan: Clan de la Forêt
Relations du Chat:

MessageSujet: Re: Recueil des Soupirs.    Dim 5 Juin - 20:10

Nous avons décidé, tu es validée en tant que Lieutenant des Montagnes ! =D

Bon jeu ! :23:

_________________

Poison d'Amour
Guerrier du Clan de la Forêt.
"Je deviendrais le meilleur guerrier de la forêt."



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Wanna be anarchy ?

MessageSujet: Re: Recueil des Soupirs.    Aujourd'hui à 11:34

Revenir en haut Aller en bas
 

Recueil des Soupirs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild Cat :: Archives :: Anciennes présentations-
Sauter vers: